[Article] Le feuilleton algérien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Article] Le feuilleton algérien

Message par scorpion le 07.10.07 0:56

Le feuilleton algérien : d’El Hariq à Mawîd maâ el kadar
Ces « moussalsalate » qui défient Prison Break


Du feuilleton-culte de Mustapha Badie au dernier opus de Djaâfar Gacem, en passant par des « drama » à succès comme El Massir, Chafika et autres El Badhra, le feuilleton algérien se taille une part d’audience appréciable auprès du public malgré la fièvre du zapping.

Depuis le mythique El Hariq (L’incendie), le feuilleton-culte de Mustapha Badie adapté du roman éponyme de Mohammed Dib, tourné au début des années 1970, le feuilleton algérien suit son chemin cahin-caha vers la petite lucarne et surtout le cœur du téléspectateur national. Fait édifiant : en sondant bon nombre de nos concitoyens, il nous a été donné de constater qu’il existe un véritable engouement pour les productions algériennes, et cela n’est pas exclusivement le propre de la ménagère scotchée à son poste de télévision pour suivre d’un élan pavlovien un épisode de son sketch-chorba ou de son… « moussalsal de 19h » préféré. Des jeunes, des moins jeunes, des cadres, des universitaires, nous ont affirmé être des téléspectateurs assidus, voire même des aficionados de nos fictions télé. Certains connaissent par cœur le pitch de tous les mélos et autres sitcoms diffusées le long de ces dernières années. Ils connaissent aussi les noms de tous les comédiens qui se sont illustrés comme des « stars » de feuilletons, les Mohamed Adjaïmi, Bahia Rachedi, Larbi Zekkal, Mourad Chellouche, Djamila Arrès, Lynda Yasmine, Azzedine Bouraghda, Malika Belbey et autres Karim Zenasni. Ainsi, malgré l’explosion du marché de la fiction à la faveur des bouquets satellites et leur offre pléthorique de séries en tous genres où se mêle la saga américaine à forte dose d’adrénaline façon 24 heures ou Prison Break, le feuilleton social égyptien (Qadiate raï âme, Une affaire d’opinion publique sur le thème du viol), le polar à la française (Navarro) ou encore le soap opera mexicain « moudabladj » (doublé), paradoxalement, nos feuilletons se défendent plutôt bien face à cette déferlante du zapping à en juger par l’accueil (quoique difficile à quantifier à défaut de médiamétrie) réservé à la dernière production en date : Mawîd maâ el kadar (Rendez-vous avec le destin) de Djaâfar Gacem. Et pour rendre justice aux pionniers, il faut dire que la « drama » à l’algérienne a eu quelques « ancêtres ». Les aînés gardent certainement à l’esprit le combat de Lalla Aïni (superbement campé par Chafia Boudraâ) dans El Hariq, luttant avec la misère dans les méandres de Dar Sbitar et tenant en laisse son diablotin de Omar sous le regard amusé d’une Biyouna à ses débuts et déjà espiègle, le tout sur fond de dénonciation de la condition coloniale. Le public sondé retient aussi le feuilleton El Massir de Djamel Fezzaz (1991), un réalisateur précocement disparu qui devait s’imposer comme un spécialiste du genre (le feuilleton dramatique), enchaînant les succès (Kayd Ezzaman, El Wassiya, Le Joueur). Son chef-d’œuvre aux yeux du public reste incontestablement Chafika. Notons aussi d’autres feuilletons qui ont valu des pics d’audience à l’ENTV, notamment El badhra de Amar Tribèche (qui revient ce ramadhan avec El Layali El baydha), Chahra, Wahiba, El Imtihane essaâb… Nous voici au siège de la société de production sd-box, la boîte de Djaâfar Gacem et Sid-Ahmed Gnaoui. Elle est pour ainsi dire l’héritière de Timgad-Prod, qui fut créée en 1998 et qui s’était notamment illustrée avec le programme Jil music. Le public découvre le label SD-Box avec ce feuilleton dont quasiment tous les téléspectateurs que nous avons rencontrés ont salué l’originalité, notamment sur le plan technique.

Dans les coulisses de « Mawîd maâ el kadar »

Djaâfar Gacem, la bouille débonnaire, nous reçoit aimablement dans son antre situé dans un appartement chic du quartier huppé de Sidi Yahia (Hydra). Le décor est « in », le mobilier « fashion ». L’univers de Djaâfar Gacem est à l’image de ses films : moderne. Dans une cellule de montage high-tech, le golden boy du paysage audiovisuel algérien s’affaire à fignoler le vingtième et dernier épisode qui devait être diffusé le soir même en access prime time, au grand dam des nombreux fans du docteur Malek alias Athmane Bendaoud, le héros de la série. D’où sort donc ce lutin de Djaâfar Gacem, lui qui a le don de réussir presque tout ce qu’il touche ? Son parcours est celui d’un artiste qui a su glaner des expériences un peu partout. Il a appris le b.a. ba du métier dans les studios de l’ENTV comme chef opérateur avant de partir parfaire ses études en France. Des études de cinéma bien sûr, à Paris VIII. Il travaille pour des chaînes françaises (TF1, France 2, France 3, Arte) avant de collaborer avec les chaînes arabes ART et MBC. Entre-temps, il crée Timgad-Prod. avec Sid-Ahmed Gnaoui, une société de droit français dont le pendant algérien sera Sd-box. Il touche à tout : pub, événementiel, avant de se lancer dans la fiction avec Ness M’lah City qui fera un carton. Adoptant un ton jeune, un habillage « cool » et un traitement filmique d’inspiration cinématographique, Djaâfar Gacem tranche par sa démarche audacieuse qui le révèle très vite comme un empêcheur de « filmer en rond ». Quartier les Annassers. Dans un autre appartement mué en cellule de montage, le réalisateur Sid-Ali Fettar, autre enfant terrible du cinéma algérien, issu, lui, de la génération post-indépendance (Coulisses, 1967, Raï, 1988, Amour interdit, 1993, Ahlam wa Awham, 2005…) supervise le montage d’un feuilleton dont il vient de terminer le tournage intitulé Makatib (Destinées). Il en assure la production exécutive avec sa société Drama Plus pour le compte de l’ENTV. « C’est une histoire éminemment romantique. C’est le croisement des destins de couples en crise. Cela parle aussi des relations entre jeunes, qu’elles soient amoureuses ou pas. Dans ce feuilleton, il y a tous les éléments d’identification mais cela revêt aussi un caractère universel », explique le réalisateur. Le feuilleton promet des révélations, de nouveaux jeunes premiers comme le comédien Réda Mansouri dont c’est la première apparition. Les titres donnent l’impression de se multiplier à foison, et pourtant les productions par saison se comptent sur les doigts d’une seule main.

scorpion
Membre Fondateur
Membre Fondateur

Masculin Nombre de messages: 37
Age: 34
Points: 0
Date d'inscription: 15/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article] Le feuilleton algérien

Message par scorpion le 07.10.07 0:57

suite :

Un marché fictif

La création fictionnelle, tous formats
confondus (séries télé, sitcoms, téléfilms) est loin derrière le niveau
escompté. Ne parlons pas de concurrencer un pays comme la Syrie. « Le
marché de la fiction est lui-même fictif », ironise Kamel Yaïche, un
metteur en scène plein de verve, avant de souligner : « Quand on voit
certaines choses à la télévision, on se demande si c’est nous les
crétins ou c’est eux. J’ai l’impression que le téléspectateur zappe sur
l’ENTV pour voir des trucs comme Lefhama. Il ne demande pas plus
puisque le plus il l’a ailleurs. » Belkacem Hadjadj, le réalisateur de
Machahou, de El-Manara, de Hakda wala K’tar et autres Taxi El Medjnoun
dresse un constat lucide : « Au vu de ce qu’était le niveau du cinéma
algérien, la logique aurait voulu qu’à l’heure actuelle, nous soyons
leaders dans ce domaine. Or, nous sommes en pleine régression, tant sur
le plan quantitatif que sur le plan qualitatif. Il faut dire qu’à
partir du moment où nous avons une seule chaîne de télévision qui doit
répondre à tous les publics, que ce soit les femmes au foyer, les
jeunes ou les intellectuels, fatalement, cette situation va pousser
vers un nivellement par le bas. Il aurait fallu envisager des chaînes
thématiques, libérer le champ audiovisuel, mais pour cela, il faut une
volonté politique. Ce que fait le Maroc est extrêmement intelligent
avec l’ouverture de l’audiovisuel et cela lui a permis de développer
des chaînes de qualité. » Une petite analyse de contenu montre que
grosso modo, la majorité de nos feuilletons relèvent du « moussalssal
ijtimaî », le mélodrame social frisant parfois le mimétisme vis-à-vis
des feuilletons charquis, avec force séquences larmoyantes et pathos à
volonté. Ce mimétisme est fortement souligné à travers certaines scènes
de marivaudage à l’égyptienne. Cela est marqué dans certains
feuilletons par le faste des décors, un luxe confinant au kitsch. Une
bonne partie de ces feuilletons donne dans la « fiction de boulevard »,
avec le plus souvent des huis clos familiaux mettant aux prises la
belle-mère et sa bru, des histoires de mariage et de « hammam », le
tout expédié avec une touche de réalisme social. Si le propos n’est
guère hardi, la forme est généralement peu recherchée, avec des
séquences lourdes, des dialogues empesés, un jeu approximatif, des
plans carrés, un montage basique et une esthétique, somme toute, peu
attrayante. « Il y a généralement très peu de risques dans le
feuilleton. Le risque est dans le cinéma » résume, tranchant, Belkacem
Hadjadj.

« On fait des feuilletons assis »

Sid-Ahmed
Agoumi, icône du cinéma algérien avec une cinquantaine de films au
compteur et presque autant de pièces de théâtre, et que le public a
retrouvé dans Mawid maâ el kadar, porte du haut de ses 67 ans un regard
désabusé sur nos feuilletons-maison. Nous avons eu le plaisir de le
rencontrer tout dernièrement au festival de théâtre de Limoges (Les
Francophonies en Limousin). Installé à Paris depuis 1994, l’année de
l’assassinat de son ami Azzeddine Medjoubi, il revient sur le petit
écran dans la peau de l’inspecteur Allel, un fin limier de la police
qui jure de venger la mort de la belle Feriel, la femme du docteur
Malek. « Aujourd’hui, on fait des feuilletons assis. Ça parle assis, ça
joue assis et ça se déplace peu. Ça s’étire, ça s’étire, et l’intrigue
avance paresseusement après avoir parlé autour du café pendant un quart
d’heure. Tout cela afin de boucler coûte que coûte 20 épisodes »,
dissèque-t-il (voir interview). Même le directeur de la programmation
de l’ENTV, Djamel Ben Rabah, se faisant l’écho des réactions du public,
admet le niveau très moyen des fictions algériennes : « D’une façon
générale, il n’y a pas d’insuffisances majeures. Toutefois, nous avons
constaté que le public est très exigeant par rapport aux émissions
humoristiques. Mis à part la caméra cachée qui a accroché une audience
assez importante, les autres émissions n’étaient pas assez
consistantes. Les feuilletons algériens également ont fait l’objet de
reproches. Les spectateurs ont déploré notamment la qualité de l’image
et le choix des castings », explique-t-il (La Tribune du 9 septembre
2007). « On a l’impression de voir le même feuilleton. Pourquoi ne pas
faire par exemple un feuilleton sur la corruption ? », s’interroge
Belkacem Hadjadj. Sid-Ali Fettar abonde dans le même sens : « Il y a
des milliers de sujets qui ne demandent qu’à être traités. Pourquoi ne
fait-on pas une série sur les harraga ? » Certains s’étonnent aussi que
la figure de l’activiste de droit divin soit totalement occultée malgré
quinze ans de terrorisme alors que les Jordaniens ont commencé depuis
un bon moment déjà à travailler sur l’émergence de l’islamisme armé
avec un réalisme troublant. L’écrivain et chroniqueur Y. B., alias
Yassir Benmiloud, faisait à ce propos une remarque pertinente. Dans un
entretien à Charlie Hebdo suite à la sortie de son roman L’Explication
(J. C. Lattès - 1999), l’ancien trublion de la presse algérienne
observait : « On a la plus grande concentration de fils de p…au mètre
carré, et on ne l’exploite pas en littérature ! Si on ne peut même pas
sortir un bon thriller de dix ans de génocide... » Cela vaut pour la
fiction télé qui exploite très peu cette veine (pour cause de
Moussalaha ?). « On retrouve toujours les mêmes archétypes folkloriques
», note un critique de cinéma. Des archétypes du paysan naïf, de la
belle-mère acariâtre, du père autoritaire et de la petite jeunette
candide qui ne rêve que de se caser. Depuis quelque temps, les nouveaux
riches ont fait leur apparition dans le salon cathodique. Interrogés
sur les raisons de ce manque d’imagination, tous les réalisateurs que
nous avons rencontrés ont été unanimes à déplorer une crise de
scénario. « Ecrire pour la télé est un métier à part. Il faut également
noter que scénariste et dialoguiste sont deux métiers différents », dit
Belkacem Hadjadj. « Nos feuilletons ne sont pas écrits par des
spécialistes. Les personnages ne sont pas fouillés. On aboutit alors à
des caractères peints à gros traits, des situations caricaturales. Le
scénariste est censé présenter l’histoire d’une façon dramaturgique. Il
y a de l’amateurisme dans l’écriture de la plupart des scénarios »,
regrette Sid Ali Fettar. Pour innover, des pays comme le Liban ou
l’Egypte ont carrément acheté les concepts de séries américaines très
populaires telles Urgences (dont la version française a été un flop) ou
encore Desperate Houswives.

Empathie et effet de miroir

Comment
expliquer donc le bon score d’audience de certains feuilletons comme
Chafika, El Badhra ou Mawîd maâ el kadar ? Tout d’abord l’empathie,
l’effet d’identification. L’effet de miroir comme dit Belkacem Hadjadj
: « Quand on lui parle de lui-même, l’Algérien s’intéresse, même quand
l’image est déformée, même avec une morve au nez », analyse-t-il. Le
fait est qu’il se reconnaît dans le « je » de l’acteur algérien. « Même
quand l’image et le son sont pourris, même avec des faux raccords,
quand ça parle de toi, tu écoutes », explique pour sa part Lynda,
étudiante en cinéma et esthétique à la Sorbonne. Pour elle, les
spectateurs algériens sont des « harraga de la zappette » qui prennent
le temps de s’arrêter à la station ENTV quand un programme les pince
dans la corde sensible : « Ce qui nous plaît dans Prison Break, Friends
ou Sex and the City, c’est que c’est techniquement très bien fait, très
bon scénar, très bons effets, c’est impeccable. Mais il n’y a pas
d’identification tandis que dans un feuilleton algérien, il y a une
compensation émotionnelle. Les gens demandent juste un minimum de
sincérité. » Il y a aussi le fait que le feuilleton vienne à nous, et
ce, dans un contexte où le réflexe d’aller en salle de cinéma – quand
salle il y a – a disparu de la praxis culturelle des Algériens. A quoi
il conviendrait d’ajouter un « effet ramadhan » : toute la famille est
regroupée autour de la télévision totémique nationale, à une heure de
grande écoute qui plus est, pour le repas rituel de la rupture du
jeûne. Une plage horaire qui enregistre jusqu’à 97% d’audimat pour
l’ENTV selon une étude, et qui s’étale de la séquence chaâbi post-ftour
au feuilleton dramatique du jour, en passant par les interminables
pages de pub (sponsoring oblige), les sketches chorbas et la caméra
cachée. « Nous, on met l’ENTV pour l’adhan et on regarde jusqu’à 20h. A
l’heure du JT plombé de l’Unique, on change de nationalité », lâche un
« téléphage ».

scorpion
Membre Fondateur
Membre Fondateur

Masculin Nombre de messages: 37
Age: 34
Points: 0
Date d'inscription: 15/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article] Le feuilleton algérien

Message par scorpion le 07.10.07 0:58

Prison cathodique



Pour conclure, le nœud
se situe à deux niveaux fondamentaux : le niveau artistique et le
niveau financier. L’amélioration de la qualité ne peut se produire que
si un investissement conséquent est consenti au niveau de la formation.
Formation des comédiens mais aussi des équipes techniques et des
scénaristes. Quant à la production, elle ne peut venir que d’une
volonté politique comme le relèvent à l’unisson tous les professionnels
rencontrés, d’ouvrir le champ audiovisuel, seul gage pour la libération
du génie créatif. Tant que perdure le verrouillage, point de salut pour
nos vendeurs de rêves. Et pour cause ! Les fictions télé – comme leur
nom l’indique – dépendent étroitement des chaînes de télévision,
pourvoyeuses de budgets. L’ENTV qui est à tous les segments
(production, programmation, diffusion), ne peut continuer à
conditionner seule l’imaginaire des Algériens. La « guerre » de l’image
(sur fond de guerre du sens) requiert aujourd’hui une mobilisation
forte sur ce terrain-là, ne fût-ce que pour « corriger » l’image du
Maghrébin et du Moyen-oriental telle que véhiculée par les fictions
occidentales, particulièrement US. « La meilleure façon de contrer
l’offensive des promoteurs de la loi du 23 février eût été de
reconstituer les images des enfumades de triste mémoire », souligne Sid
Ali Fettar qui rappelle au passage l’épisode de ce feuilleton syrien
controversé sur Fadhma N’soumer, et qui aurait appelé une riposte
créatrice de même calibre. De son côté, la profession tente de
s’organiser, notamment à travers l’Association des réalisateurs
professionnels présidée par Belkacem Hadjadj. « Nous tentons de mettre
un peu d’ordre de façon à ce que l’argent public aille vers les vrais
professionnels. Aujourd’hui, on crée une société de production comme on
ouvre une épicerie. Il y a des films faits par des techniciens et de
pseudo-réalisateurs viennent ajouter leur nom au générique. C’est
inacceptable. Pour mettre fin à tout cela, nous envisageons de créer
une carte professionnelle », dit le réalisateur de Machahou. Ce dernier
lance également un appel pour encourager les cinéclubs dans les écoles.
« Nos enfants ne sont pas initiés à la culture de l’image. Ils
deviennent une proie rêvée pour les images qui viennent d’ailleurs.
Moi, mes premières images venaient de l’école, c’est ça qui m’a donné
envie de faire du cinéma. On se servait d’un drap blanc et d’un vieux
projecteur. Aujourd’hui, c’est cent fois plus simple : il suffit d’un
vidéoprojecteur et une caisse de DVD. Mais paradoxalement, le cinéma a
déserté l’école », déplore-t-il. Maâwid maâ el kadar serait-il alors
l’arbre qui cache la forêt plutôt que l’augure d’une ère nouvelle ? Il
est à craindre que les conditions générales de création s’avèrent de
plus en plus difficiles au sein d’un paysage audiovisuel marqué par
l’autoritarisme d’un pouvoir politique qui s’obstine à tout cadenasser.
Le public algérien mérite certainement mieux que ce régime inculte qui,
à l’heure du numérique, continue de tourner à l’analogique. Et en noir
et blanc de surcroît. Un régime qui a une peur bleue du mot «
imagination »…



Mustapha Benfodil : www.elwatan.com du 07/10/2007

scorpion
Membre Fondateur
Membre Fondateur

Masculin Nombre de messages: 37
Age: 34
Points: 0
Date d'inscription: 15/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article] Le feuilleton algérien

Message par oBen le 07.10.07 1:47

Merci Scorpion , et un grand merci à l'écrivan de l'article. vraiment une critique pro, de la situation des feilletons en Algérie.

_________________

oBen
Principal
Principal

Masculin Nombre de messages: 228
Age: 31
Localisation: Lost Land
Loisirs: dramaturgie
Points: 0
Date d'inscription: 28/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cine-bled.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Article] Le feuilleton algérien

Message par oBen le 07.10.07 1:53

Biographie de l'auteur


Mustapha Benfodil est né en 1968 à Relizane, dans l’ouest de l’Algérie. Il a entamé desétudes de mathématiques avant de se convertir au journalisme. S’étant intéressé très tôt àla littérature, il a commencé par de la poésie avant de pratiquer le roman et la nouvelle. Il publie ainsi deux romans, Zarta (ed. Barzakh, Alger, 2000) et Les Bavardages du Seul (Éditions Barzakh, 2003, prix du meilleur roman paru en Algérie). Il est sur le point de publier son troisième roman : Archéologie du chaos amoureux, toujours aux Éditions Barzakh. Dans le domaine du théâtre, il écrit plusieurs textes, notamment pour la compagnie Gare-au-Théâtre (Vitry-Sur-Seine) que dirige Mustapha Aouar.
En 2004, la nouvelle Paris - Alger, classe enfer fait l’objet d’une mise en lecture de la part de l’humoriste à la Maison de la Culture de Bobigny en mars 2004. En mars 2005, il participe avec cinq autres auteurs à une résidence dramatique à Anvers, enBelgique, organisée par l’association d’auteurs Écritures Vagabondes. Il en est revenu avec une pièce : Clandestinopolis. Celle-ci a été présentée au Théâtre du Rond-Point à Paris (mise en scène de Christophe Lidon) et lue au festival d’Avignon « off » en juillet 2006 par Denis Lavant.
Actuellement, il travaille sur une autre pièce intitulée : Les Borgnes, ainsi qu’un recueil de nouvelles expérimentales : Objets verbeux non identifiés. Comme reporter, Mustapha Benfodil s’est rendu deux fois en Irak en pleine guerre, expérience qu’il relate dans un récit poignant : Les Six Derniers Jours de Baghdad – Journal d’un voyage de guerre (Liberté – Casbah Édition s,Alger, 2003).
Mustapha Benfodil vit et travaille à Alger. De janvier à mars 2007, Aneth, Écritures Vagabondes, la Comédie de Saint-Étienne, A Mots Découverts, la SACD et la ville de Paris s’associent pour l’accueillir en résidence à Paris.

_________________

oBen
Principal
Principal

Masculin Nombre de messages: 228
Age: 31
Localisation: Lost Land
Loisirs: dramaturgie
Points: 0
Date d'inscription: 28/09/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://cine-bled.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum